Surprise, surprise !

Sous la neige, la vie palpite

Un trop payé !

« Ça ne me va pas. Je vais te rembourser tout de suite », m’annonce mon professeur de Qi Gong. Je venais de lui dire que j’avais le sentiment/certitude d’avoir payé 5€ de trop lors du souper collectif de fin d’année.

Il m’a surpris. Vraiment surpris. Est-ce que ça vous arrive souvent dans la vie d’être surpris par la réaction, le comportement d’un proche ou d’une relation de travail ?
A cette occasion, je me suis rendu compte que j’étais rarement surpris. Je vis avec une femme surprenante, et c’est une des raisons pour laquelle je vis avec. Mais à part elle ? Sa fille, par instants, aussi me surprend par ses réflexions inattendues.
J’ai aussi une cousine qui a un raisonnement très différent du mien mais avec elle, ce n’est plus vraiment une surprise. En cas de besoin, je l’appelle pour que sa « différence » m’éclaire.

En me rendant les 5€, Michaël m’a surpris. J’aurais pensé, trouvé correct qu’il contacte le restaurateur, lui réclame le trop-perçu et me les rende le cours d’après. En agissant ainsi, j’ai ressenti une dose supérieure de sympathie à son égard. C’était déjà une personne que j’appréciais et sa réaction à mon égard a augmenté celle-ci.
J’ai bien senti que pour Michaël me rendre immédiatement l’argent était important pour lui. Et c’est son affaire. De mon côté, il était important d’être entendu. Pour lui comme pour moi, il y a derrière cette affaire de 5€ en sup une émotion. Pour moi d’être reconnu dans ma demande implicite (non formulée verbalement) et sûrement pour lui d’honnêteté.

Il y a à nous extraire du formatage qui nous guette et nous coupe de notre intuition.

Nous sommes tous le fruit de nos conditionnements, éducation, apprentissage de la vie, émotions… Et cela s’accélère à l’ère des machines, smartphone et ordinateur, qui nous pousse à la répétition des gestes, des tâches. Et c’est bien normal qu’on n’ait pas envie de passer des plombes à comprendre comment fonctionne la machine ! Quand on change de marque, entre PC et Mac, le mode de fonctionnement n’est pas le même et nécessite un nouvel apprentissage. Moi, ça me fait vite râlé.

Peut-être que si vous êtes informaticien, vous pensez différemment de moi… et tant mieux ! Vous l’avez compris, j’aime les points de vue différents. Cela me fait avancer, apprendre, progresser. Ça m’oblige aussi parfois à bouger, ce qui peut être inconfortable, confrontant et néanmoins à l’arrivée, c’est instructif. Les différences sont des courants d’air frais. Un nouvel oxygène pour le cerveau.

Est-ce que vous êtes surprenant(e) avec vous-même ? Est-ce que ça vous arrive de faire quelque chose d’inhabituel ?

Ce matin, j’ai été crié au lever du jour à la fenêtre de ma voisine pour lui signifier que son coq était gonflant ! D’habitude, j’aurais attendu qu’elle revienne de son travail en fin de journée, lui aurait dit qu’il fallait trouver une solution etc. Bref, j’aurais mis des formes. Là, c’est sorti comme c’est sorti et tout de suite. Inhabituel pour moi. Ma compagne a été scotchée (dans notre couple, c’est plutôt elle l’impulsive).

L’inhabituel permet de nous aérer le mental, de laisser pénétrer de l’air frais. C’est un des bienfaits des stages en groupe. Aller se confronter à d’autres inconnus, à des exercices qui peuvent vous paraître insolites, à d’autres horaires, dans un lieu nouveau… bref, quitter son confort, son cocon quotidien.

Une proposition d’exercice serait vraiment, une fois par jour, de s’autoriser quelque chose d’inhabituel pour déconcerter notre cerveau, l’obliger à s’assouplir. Nous ouvrir à un monde neuf ou tout au moins à une nouvelle proposition.

Alors qui aujourd’hui avez-vous envie d’appeler ? Vraiment envie d’appeler ? A qui avez-vous envie de faire une surprise ? A vous-même ? Tant mieux !
Une fois par jour (a minima), laissez-vous tenter par l’inattendu, la pensée qui vous chuchote « tiens, si pour une fois, tu passais par la gauche ? »

Dernièrement, j’ai rappelé deux personnes dans le but d’initier de nouvelles propositions de stage. L’avenir dira comment cela évolue et au temps présent, cela m’a procuré un grand plaisir de connexion avec l’autre.
Je travaille également avec un conseiller littéraire dans l’écriture de mon roman et les orientations que je reçois sont pour la plupart des invitations au plaisir et à ouvrir de nouvelles portes. Changer ma routine d’écriture pour laisser advenir l’inconnu. La voix inattendue, intuitive.
Idem en peinture où pour un droitier, il est intéressant d’essayer de peindre de la main gauche. Accepter de se perdre pour mieux se retrouver. Se retrouver au plus proche de soi. De son être profond. En son cœur.

Bonne ou mauvaise surprise ?

Essayons d’accepter les surprises pour ce qu’elles sont : une surprise. Sans les qualifier. Je ne dis pas que c’est facile. J’ai reçu un courrier administratif m’avisant d’un trop-perçu alors que je n’avais rien reçu (Le trop-perçu arrivera sur mon compte après le courrier… et oui ! C’est le monde foufou de l’administration française !). J’ai bondi ! Appelé la ligne directe du contact indiqué. Plusieurs fois. Rien. Le même message : Mme X. indisponible ! Finalement ce trop-perçu financier m’a été utile. Même si j’aurais à le rembourser ultérieurement. Inch Allah !

 

Le blog

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *